2016, un millésime atypique dans le Languedoc Roussillon

Alors que les premières baies commencent à vérer dans le Languedoc Roussillon, revenons sur les conditions climatiques qui ont marqué le millésime 2016. Deux phénomènes ont particulièrement désorienté les viticulteurs du Languedoc Roussillon cette année (Notez que trois terroirs seront pris comme exemple pour cet article: Roquebrun, la Clape et la Livinière).
Il s’agit tout d’abord de la sécheresse qui sévit depuis les vendanges 2015. En effet, l’automne 2015 et l’hiver 2016 furent exceptionnellement secs. Les cumuls des précipitations entre le 1er novembre 2015 et le 1er mars 2016 sont compris entre 100 mm pour la Clape et 150 mm pour Roquebrun. Ce cumul est le plus faible enregistré depuis 2011. Les pluies de mars ont bien permis de remplir un tant soit peu les réservoirs racinaires sans toutefois inverser la tendance. En effet, à la Livinière, la Clape et Roquebrun, l’accumulation des précipitations depuis le 1er novembre est déficitaire et est égale respectivement à 360mm, 287mm, et 400mm. Pour cette même date on enregistrait en 2015, 430 mm à la Livinière, 520 mm à la Clape et 470 mm à Roquebrun. Il est certain que les réserves utiles des sols sont en situation de déficit depuis le début de l’été.
L’hiver 2015-2016 a également désorienté les viticulteurs par ses températures douces sur l’ensemble du territoire languedocien. Les températures enregistrées ont été supérieures de 2.6°C par rapport aux normales saisonnières (moyenne sur les 30 dernières années). A l’échelle national, cela place l’hiver 2016 au premier rang des hivers les plus chauds depuis 1990 (Meteofrance, Bilan : un hiver 2015-2016 record). En février, on craignait donc un débourrement extrêmement précoce. Toutefois, les températures printanières ont été particulièrement fraîches. Cela a permis à la vigne de débourrer autour du 15 mars dans le Minervois, soit quasiment à la même date qu’en 2015.
Grappe de Syrah à véraison à la Livinière (29 juillet 2016)
Aujourd’hui, le 8 août 2015 nous prévoyons à la Livinière, la Clape et à Roquebrun un retard moyen de 15 jours par rapport à 2015 et une avance d’une semaine par rapport à 2013 (millésime historiquement tardif). Sur le terrain, on constate un retard phénologique d’environ une semaine par rapport à 2015. Ce retard, certes plus faible que celui prévu par les modèles est sans doute dû aux températures chaudes de l’été. D’un point de vue géographique, on constate pour les Syrah, un léger retard d’une semaine pour la véraison entre la Livinière et la Clape.
Les fortes chaleurs de l’été couplées à une absence de précipitations ont sans doute engendré un déficit hydrique modéré à sévère. Ceci pourrait provoquer une baisse des rendements pour les vignobles non irrigués. En outre, les vagues de chaleur qui ont eu lieu après la véraison couplées au déficit hydrique risque d’entraîner des blocages de la maturité. Il faudra attendre les premières analyses de maturité pour évaluer l’impact de ce manque d’eau sur la qualité des raisins. En conclusion, si aucune précipitation n’a lieu d’ici le mois de septembre, 2016 risque d’être un millésime très compliqué pour la filière viti-vinicole languedocienne.
Posted by Vintage Report France

Les conférences du millésime (Vintage Report) sont des événements uniques rassemblant des scientifiques et œnologues de renom afin d’apporter un éclairage scientifique et pratique aux données collectées ainsi qu’aux observations réalisées pendant la saison.

Les Vintage reports ont lieu dans plusieurs terroirs en France, aux USA et en Amerique du Sud.

Cliquez <a href="https://www.vintagereport.com/fr">ICI</a> pour decouvrir le Vintage Report près de chez vous!

1 Comment

  1. le temps chaud et humide,des baies de petites tailles,
    laisse entrevoir une récolte moins tardive qu'annoncée.
    les merlots non irrigués pourraient être cueillis dans les premiers jours de septembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.