Impact de la taille sur la vigueur et les rendements d’une vigne partiellement gelée (article 4)

Dans cet article nous nous concentrerons sur l’impact des travaux en vert et de la taille sur la vigueur et les rendements pour des parcelles partiellement gelées. Cet article fait suite à l’article 3 qui traitait des vignes totalement gelées. Il s’appuie également sur le témoignage du Professeur Jean-Michel Boursiquot, enseignant chercheur a Supagro Montpellier.
En introduction, il est important de rappeler qu’une des conséquences du réchauffement climatique  est de provoquer des changements de températures brusques. Par conséquent, les gelées risquent d’être plus fréquentes qu’auparavant. De plus, il existe peu d’études sur l’impact du gel sur la physiologie de la vigne. Selon Pr. Boursiquot, il est donc indispensable lorsqu’un évènement de ce type frappe le vignoble de mettre en place des essais par rang de vigne illustrant différentes actions culturales afin de construire ses propres références par cépage. Ces essais permettront ainsi d’être plus efficace et pertinent face à de nouvelles gelées.
Image 1 : Rameaux partiellement gelée (Purdue University)
Nous allons maintenant analyser les différentes réponses qui s’offrent à nous et leurs conséquences selon l’intensité des dégâts.

  • L’apex est touché mais les grappes sont indemnes (cas le plus simple)

Ici, il est conseillé de ne pas toucher aux rameaux. Effectivement, les entre-coeurs ou latéraux les plus éloignés de la base du rameaux vont sortir et prendre le relais sur l’apex en permettant d’amener les grappes à maturité. Un entre-coeur est en fait un bourgeon à la base de chaque feuille (voir image 2) qui par un jeu d’hormones libérées par l’apex voit son débourrement et sa croissance freinés. C’est ce que l’on appelle l’acrotonie. Dans tous les cas on peut supprimer les rameaux du vieux bois pour avoir une meilleure vigueur et un meilleur aoutement sur ceux qui restent. De plus, la fertilité des gourmands (rameaux du vieux bois) est plus faible que les rameaux secondaires (cf les travaux historiques de Huglin).
Image 2 : Entre-coeur à la base d’une feuille gelée (Blog Naggiar Vineyard)
  • L’apex et les grappes sont touchés (cas le plus complexe)
La réflexion reste la même que ce soit pour des rameaux positionnés sur des coursons ou des baguettes (bois de l’année précédente en taille Guyot). Deux strategies peuvent etre considérées en fonction de l’origine des bourgeons (entre-coeurs vs. secondaires) dont on cherche à stimuler la croissance pendant l’année en cours.

Stratégie 1 : Favoriser le départ des entre-coeurs

Si on ne fait rien, l’entre-coeur le plus proche de l’apex va démarrer en premier, conséquence de l’acrotonie. Dans ces conditions, si plusieurs entre-noeuds sont vivants, l’acrotonie n’empêchera pas à d’autres entre-coeurs du même rameau de sortir. La vigne va donc mettre en place un petit buisson qui sera très difficile à palisser.
Comme nous l’avons discuté dans l’article 2, il est nécessaire d’anticiper l’épuisement de la vigne pendant cette seconde phase de croissance post-gélive.
Cet épuisement exceptionnel est directement lié à la seconde mobilisation des réserves, pour amorcer la nouvelle croissance. Dans ce contexte, l’objectif vise à augmenter la vigueur des rameaux restants en en diminuant le nombre. La solution consiste a “écharder” (ie. supprimer les entre-coeurs) les rameaux les plus proches du vieux bois. L’idée est de ne garder qu’un seul latéral, de préférence celui qui semble le mieux positionné pour la taille 2018 et de stimuler sa vigueur (ie. le développement de son diametre).

Une alternative, peut être plus simple, est de venir directement tailler au-dessus de la première feuille pour ne laisser partir qu’un entre-coeur. Au niveau des rendements, les latéraux les plus proches de la base ne seront pas fructifères. A cette periode de l’année les bourgeons n’ont pas encore été différenciés (Chantal et al., 1988; Noyce et al, 2016). Dans cette alternative, puisqu’aucun rendement n’est attendu pour la saison en cours, l’objectif est de se focaliser sur l’année prochaine et de stimuler la photosynthèse de la plante. Ces décisions auront pour effet de faciliter la mise en réserve (ie. amidon) de la plante. L’objectif est de maximiser les chances :
1) de garantir un bon débourrement;
2)  d’ augmenter la vigueur des bois de taille l’année suivante.


Stratégie 2 : favoriser le départ des bourgeons latents = bourgeons secondaires
Le but est de tailler sous la première feuille. Cela aura pour conséquence de favoriser la sortie des bourgeons secondaires qui sont productifs. Nous avons décrit le potentiel fructifere des bourgeons secondaires  d’apres les travaux de Sanchez et al. , 2006 (cf . article 3). Il est ainsi possible d’obtenir une fertilité de l’ordre de 40% celle attendue à paritr des bourgeons primaires. Cette stratégie permet de limiter les pertes de rendement pour l’année en cours. Il peut être également judicieux et plus simple de couper la baguette pour diminuer le nombre de points de croissance. Cela permet de  limiter l’épuisement des réserves de la vigne et donc de favoriser la vigueur des rameaux restants.

Schéma récapitulatif des différentes stratégies de taille (Fruition Sciences 2017)

Dans cette seconde stratégie, le débourrement des bourgeons secondaires étant tardif, leur croissance sera très rapide comme le souligne le professeur Boursiquot. En effet, en l’absence de déficit hydrique ou azoté, le moteur principal de la croissance sera la température (cf. Pellegrino et al, 2003). La vitesse d’élongation des rameaux va donc être accélérée puisque le cycle de croissance est décalé dans une période où les journées sont plus longues et plus chaudes. Cette situation favorisera un épuisement exceptionnel des réserves en carbohydrates et éléments minéraux dû au premier faux départ en croissance et développement de rameaux de diamètre faible, donc plus fragiles et cassants lors des opérations de palissage (cf.  article 2). Par conséquent, il faudra également anticiper :

  1. Des carences en micro et macro-éléments
  2. la nécessité d’être très vigilant lors des opérations de relevage pour éviter la casse de ces rameaux fragiles
En conclusion, vous pouvez mettre en place  différents essais de taille pour tester les performances et bénéfices attachés a chaque stratégie.
Pour en évaluer les avantages et inconvénients, il est fondamental  de suivre en 2017 et 2018 les paramètres qui refléteront la fertilité des bourgeons laissés et leur vigueur.
  • Nombre de grappe par rameaux
  • Taille des grappes
  • Masse ou diametre des rameaux
  • Vitesse de croissance des rameaux 
  • Date de véraison
Nous espérons que ces temoignages vous aideront a limiter l’ampleur des degats causés par le gel.
Posted by Vintage Report France

Les conférences du millésime (Vintage Report) sont des événements uniques rassemblant des scientifiques et œnologues de renom afin d’apporter un éclairage scientifique et pratique aux données collectées ainsi qu’aux observations réalisées pendant la saison.

Les Vintage reports ont lieu dans plusieurs terroirs en France, aux USA et en Amerique du Sud.

Cliquez <a href="https://www.vintagereport.com/fr">ICI</a> pour decouvrir le Vintage Report près de chez vous!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.