Réduire ses coûts grâce au NDVI c’est possible!

Alors que nous entendons parler de cette mesure depuis seulement quelques années en viticulture, cela fait plus de 20 ans que les céréaliers utilisent l’indice NDVI pour piloter leur fertilisation azotée. Une des raisons de ce retard reste la difficulté d’analyser des images NDVI sur des cultures discontinues avec des alternances sol/vigne par rapport à des cultures continues (voir article précédent).
Vignoble Champenois Côte des bars (Source)
Une fois cette difficulté prise en compte ou écartée, la mesure NDVI permet d’ajuster ses apports en fertilisants en fonction des zones de vigueur révélées par la carte. Il est cependant fortement conseillé d’appuyer cette analyse cartographique par des analyses au vignoble notamment foliaires ou pétiolaires afin de déterminer les raisons de ces hétérogénéités. Encore une fois, une carte NDVI a pour rôle principal de révéler la variabilité spatiale du vignoble. Elle n’en explique pas les raisons sans des observations terrain (voir article précédent sur l’échantillonnage).

Une carte NDVI avant vendange, généralement à véraison, est un outil de pilotage de la fertilisation hivernale, de la taille et de la gestion des inter-rangs. Pour la fertilisation, cette carte permet au vigneron de faire un amendement différencié sur sa parcelle selon les zones de vigueur. Avec du matériel adapté, ces cartes peuvent être intégrées dans des consoles GPS et ainsi épandre les intrants de manière localisée. Heureusement, il est tout de même possible sans ce type de matériel de faire des apports différenciés en découpant la parcelle en zone homogène ou en jouant sur la vitesse d’avancement des tracteurs. Concernant la taille, dans une zone ou une parcelle trop faible, il est par exemple envisageable de tailler plus sévèrement. Enfin, sur la gestion de l’inter-rang, un enherbement concurrentiel sur une parcelle très vigoureuse pourrait ralentir la croissance de la vigne alors qu’il serait intéressant de semer des légumineuses sur des parcelles déficitaires en azote.

Vignoble bourguignon (Source)

Une carte NDVI en début de saison (mai ou juin) est également pertinente. La vitesse de croissance des rameaux étant maximale entre les stades boutons floraux séparés et petits pois, la carte permet de discriminer des zones du vignoble au fonctionnement anormal pouvant être liées à des assimilations minérales perturbées. Elle rend ainsi possible des pulvérisations foliaires entre le stade petits pois et véraison, la vigne étant encore réceptrice. L’équipe de Schreiner (2016) a effectivement montré que la vigne assimile plus de 25% de ses besoins entre ces deux stades phénologiques.

Toutes ces pratiques culturales une fois adaptées et localisées auront pour conséquence de gommer la variabilité parcellaire, véritable source de complexité pour le vigneron, pouvant entacher la qualité finale de la parcelle. Cette homogénéisation entrainera donc une diminution des coûts en facilitant le travail du viticulteur. En outre, des cartes NDVI régulières permettront de mesurer le succès de ses actions d’une année sur l’autre.

Posted by Vintage Report France

Les conférences du millésime (Vintage Report) sont des événements uniques rassemblant des scientifiques et œnologues de renom afin d’apporter un éclairage scientifique et pratique aux données collectées ainsi qu’aux observations réalisées pendant la saison.

Les Vintage reports ont lieu dans plusieurs terroirs en France, aux USA et en Amerique du Sud.

Cliquez <a href="https://www.vintagereport.com/fr">ICI</a> pour decouvrir le Vintage Report près de chez vous!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.