L’instant Giesco : La viticulture face aux élévations de température

Compte rendu du Giesco

La 21ème édition de la conférence du Giesco s’est tenue à Mendoza, du 6 au 10 novembre 2017. Cette rencontre de 4 jours a réuni des scientifiques internationaux pour discuter des avancées dans le domaine de la viticulture. Nous aimerions partager avec nos lecteurs certains des sujets abordés dans l’édition 2017. Des comptes rendus des précédents Giesco sont listés ici. Aujourd’hui, nous résumons certains des entretiens en lien avec les effets du changement climatique sur la production de raisins de cuve.

L’augmentation des températures dans un contexte global

Les températures annuelles augmentent à l’échelle mondiale. Selon le modèle utilisé, une augmentation de + 1.6°C à +5°C est prévue d’ici la fin du 21ème siècle. En ce qui concerne le raisin de cuve, l’augmentation des températures accélérera de façon globale la période de débourrement, la floraison, la véraison et la pleine maturité. Le chargement en sucre des baies aura ainsi lieu plus tôt. De plus, des teneurs plus élevées en sucre devraient être atteintes avant que la couleur n’atteigne son potentiel maximal.

Les effets à l’échelle régionale

Dans ce contexte, Dr. Villalba (Argentine) explique qu’il faut s’attendre à des phénomènes climatiques plus extrêmes. En Argentine, cela implique des étés plus humides mais aussi des hivers plus secs. Dans l’ensemble, comme les glaciers fondent plus rapidement, la viticulture argentine sera confrontée à une pénurie des réserves d’eau à long terme. Afin d’anticiper les effets négatifs du climat sur la production, le Dr. De Lorenzi (Italie) a présenté une approche pour évaluer la baisse de rendement pour différents cépages à mesure que la température et la demande évaporative augmentent tandis que la disponibilité en eau diminue.

Les effets à l’échelle du vignoble

Nous savons qu’à grande échelle, la température augmentera, mais en quoi cela affectera-t-il la phénologie et les périodes de développement des plantes à l’échelle d’un vignoble ? Quels seront ces effets sur les propriétés du vin, notamment sur l’alcool et l’acidité ? Pour répondre à ces questions, le Dr. Le Roux (France) a présenté une approche climatique qui caractérise les tendances climatiques à une échelle fine. L’un des défis est que les variations locales du climat sont différentes des changements climatiques mondiaux. Le climat local dépend de l’altitude, du degré de pente et du profil de la pente. Par conséquent, une nouvelle méthode tenant compte de la topographie locale du vignoble a été mise au point pour prévoir l’évolution des températures à l’échelle du vignoble. Appliqué aux régions de St Emilion et de Pomerol, il prédit les tendances climatiques entre aujourd’hui et 2050, dans une résolution de 25 m. De façon générale, les résultats indiquent une hausse attendue de 200 degrés-jours de croissance sur la période 1er avril-1er octobre pour la période 2031-2050. Concrètement, ces prévisions signifient que de nouvelles pratiques viticoles, telles que l’augmentation de la hauteur du tronc et la taille tardive, devront être envisagées pour 2031-2050 dans ces régions bordelaises. Entre-temps, des cartes de température du vignoble à échelle fine peuvent être utilisées pour sélectionner les zones d’échantillonnage pour les contrôles de maturité et adapter la position de la date de récolte.

Cas des limites chaudes de la viticulture en région tempérée

Le Dr Kondouras (Grèce) a présenté des résultats de la Grèce où plusieurs cépages, parmi les plus tardifs du monde, ont été plantés afin de contrebalancer les effets des températures élevées. Cependant, même le Cabernet Sauvignon et l’Agiorgitiko local, qui sont des variétés à maturité tardive, montrent une avancée dans la date de récolte liée à des températures plus élevées. Par contre, un autre cépage local Xinomavro semble plus résistant. Jusqu’à présent, les dates de récolte ne sont pas affectées par l’impact de l’élévation des températures.

Conseils pratiques

Comprendre l’effet des températures élevées sur des dates de récolte plus précoces pour différents cépages peut être bénéfique pour orienter les décisions de plantation. Cependant, il faut rester prudent. En dehors de l’accélération de la phénologie, l’augmentation des températures affectera également la photosynthèse. Cela pourrait à son tour conduire à des vins déséquilibrés en termes de profil aromatique et de rapport sucre/acide.
Le message important que l’on peut tirer de ces différentes études est le suivant : les viticulteurs peuvent établir une corrélation entre des dates de récolte plus précoces et des températures plus élevées en analysant les données propres au site. Par exemple, le nombre de jours où la température quotidienne est supérieure à 30°C, ou le nombre de jours où la température nocturne est supérieure à 20°C, devraient être des indices climatiques pertinents à suivre.
Posted by Vintage Report France

Les conférences du millésime (Vintage Report) sont des événements uniques rassemblant des scientifiques et œnologues de renom afin d’apporter un éclairage scientifique et pratique aux données collectées ainsi qu’aux observations réalisées pendant la saison.

Les Vintage reports ont lieu dans plusieurs terroirs en France, aux USA et en Amerique du Sud.

Cliquez <a href="https://www.vintagereport.com/fr">ICI</a> pour decouvrir le Vintage Report près de chez vous!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *